Les matériaux incorporés dans les assemblages

Les matériaux incorporés dans les assemblages ont été trouvés par chance, provenant soit d’épaves abandonnées par la marée descendante, soit de piles ou de réceptacles de bois mis au rebut. Difficile de ne pas accorder une grande valeur aux pièces ainsi trouvées, qui portent la marque du dur labeur, autant le travail d’un jour que le savoir-faire perfectionné durant toute une vie consacrée à la menuiserie ou à la sculpture par tournage. Encore plus souvent, cependant, c’est la forme particulière d’un objet endommagé et irréparable qui sert d’étincelle à l’inspiration, ou encore ce qui reste après qu’il ait été extrait d’un morceau de bois les parties perçues comme plus importantes que la pièce résiduelle.

Le chantier naval Bath Iron Works, division de la General Dynamics Corporation, construit des navires pour l’US Navy depuis le début du XXe siècle. Actuellement, le chantier investit dans la construction d’un prototype de navire furtif de la classe Zumwalt, après des décennies passées à produire des contre-torpilleurs de la classe Aegis. Les nouveaux navires empêchent la remontée vers la ligne de flottaison et le frégatage, au-dessus et en-dessous des côtés supérieurs, de façon similaire dans ce cas au CSS Merrimack.

Je me suis servi de ma construction initiale de hibou pour représenter une silhouette de la lune, utilisant ce qui restait des planches carrées de contreplaqué servant comme revêtement tout le long du pont et ainsi créées pour empêcher que n’entrent des pieds ou des débris indésirables.
Le manque de certitude concernant les futures parts allouées au budget militaire et donc concernant d’éventuels futurs contrats de construction pour des navires de cette classe pourrait expliquer la décision de ne pas conserver ces planches pour un usage ultérieur, la mentalité et la procédure prévalente ainsi que la décision de garantir un emploi pour utilisation unique suivie d’élimination. D’autres pièces en bois d’utilisation spécifique sont traitées de manière similaire.

Il est arrivé que des connaissances me présentent des cadres en bois récupérés sur les chantiers de démolition de leurs maisons ou chalets (remplacés – à cause de la pourriture – par des matériaux ou styles souvent disparates en raison de l’indisponibilité d’autres matériaux ou du savoir-faire requis). Il en fut ainsi de la « fleur de lys » utilisée pour la tête et les pattes avant des tortues peintes, de mon expérience plus susceptible de conduire les passants à s’arrêter en circulation pour offrir de l’aide que ne l’aurait fait la présence d’un serpent ou d’un rongeur remuant.

  • Nouvelles oeuvres dans "Bois sablé" et "sculptures"
toggle